Lettre à la Saint-Valentin

Chère fête de la Saint-Valentin,

Chaque année, je vous retrouve, fidèle au poste. Respectée et honorée à la fois, certaines personnes vous repoussent tout de même du revers de la main. Vous êtes pourtant une fête pour célébrer l’amour! Une fête qui doit séduire à la fois les adultes et les enfants. Si seuls les enfants croient au Père-Noël et à la fée des dents, il me semble que tout le monde devrait croire en l’amour, non? Qu’il soit fraternel, amical, amoureux, c’est le lien qui est important. Les enfants l’ont bien compris, car les enfants saisissent bien l’essentiel.

Chaque année, le 14 février, vous nous rappelez cette question : manifestons-nous aux gens qui nous entourent que nous les aimons et qu’ils sont importants pour nous? En fait, je crois que vous êtes la fête la plus simple, car vous n’avez pour mission que de nous rappeler les gens que l’on aime.

C’est ce qu’on récupère ensuite de vous qui se gâte. Les chocolats, les fleurs, le souper au restaurant, les mots qu’on attend, les gestes qu’on espère… la pression est forte pour tous. Si on se laissait tout simplement aimer dans les petits gestes?

Cette année chez Auguste (et oui j’ai un restaurant…), nous avons vécu une fin de semaine de la St-Valentin sous le signe de la joie. En 20 ans de restauration, je vous confirme que c’est la première fois que votre fête se déroule autant dans la bonne entente. La St-Valentin 2016 est un bon millésime. Pourquoi? Je crois que l’amitié, la fraternité et l’amour se sont pointés chez nous.Saint-Valentin

Des enfants qui dessinent des cœurs sur des napperons, des couples avec des yeux qui pétillent, d’autres qui rigolent. Des amis qui se retrouvent autour d’une table, simplement heureux. Un couple au comptoir, marié depuis plus de 40 ans, amusé par l’action des chefs et qui jase avec la brigade. Au brunch, les doigts entortillés d’un jeune couple à peine sortis du lit, le regard de braise. Un peu plus loin, une grand-maman reçoit des fleurs et des chocolats et ne trouve pas ça quétaine, je vous le garantis. Et aussi, plein de beaux moments avec l’équipe qui travaille dans le respect des bulles de chaque table et des moments de chacun.

On écrit souvent sur vous, mais seulement avant le 14 février. On aborde des sujets variés : quoi faire, comment le faire, quoi ne pas faire, quoi changer dans ce que l’on faisait, mais qu’on ne doit plus faire? J’avais envie de parler de ce millésime 2016. En passant, je vous fêterai tout plein pendant la semaine de relâche!

Amitiés,

Anik